Aide pour les littéraires et non littéraires. De belles histoires à découvrir...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Gellért

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
lou
Admin
avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 03/06/2013

MessageSujet: Le Gellért   Mar 9 Juin - 12:51

Le Gellért






Chapitre 1 Le Gellért


Très apprécié pour ses thermes, l´hôtel Gellért était avec le palais et l'opéra l'un des lieux les plus prestigieux et les plus fréquentés de Budapest. Il surplombait de ses sept étages le Danube, qui par beau temps reflétait ses façades majestueuses.
Tobiás Màrton était  un jeune homme de vingt ans environ, un de ces bruns qui semblent roux quand ils se retournent, haut de taille aux yeux bleus. Il avait été recruté cinq mois auparavant, le 15 mars 1910, pour la fête nationale. Femmes de chambre et serveurs savaient que la ponctualité était primordiale dans un hôtel de tel prestige. Employé modèle depuis son embauche, Tobiás ne manquait jamais à cette règle. Tous les matins, il se levait à cinq heures au lever du jour, afin d'être fin prêt et disponible dans le salon à six heures moins le quart pour l'appel des employés trouvant lieu à six heures précises.
À l’affût, il observait chaque hôte, un à un : leurs gestes, leur tenue, afin de répondre au mieux à leurs besoins tout en devançant leurs désirs.
C'était avec cette attention précise qu'il servait les clients de l'hôtel dans le salon et les chambres, jusqu'à l'heure du déjeuner, à laquelle l'un de ses camarades prenait le relais.
Libéré de cette corvée il gravissait les escaliers en spirale jusqu'au troisième étage, pour apporter son repas à Ernö Csillag,le directeur de l'hôtel, en passant par le couloir des propriétaires, dont une porte lui semblait toujours verrouillée. Chaque midi il s'arrêtait quelques instants pour la contempler en songeant au moment, où elle s'ouvrirait enfin.
Après avoir servi son supérieur, le jeune serveur s'empressait de se changer en tenue de ville et enfourchait une bicyclette de l'hôtel pour aller quérir la livraison quotidienne de cigares.

Il traversait le Danube en passant par le pont de la Liberté. Arrivé à Pest il longeait la rue Vámház, en roulant devant le grand marché et le musée national.
Il tournait généralement dans la rue Rakoczi, mais les jours de bonne humeur, il s'autorisait un détour jusqu'à la synagogue avant de déboucher sur la Dohàny utca où se trouvait le marchand de cigares. Tout ce petit trajet lui prenait environ une demi heure quand les rues étaient dégagées.
Le garçon, une fois arrivé, chargeait son panier d'une caisse de prestigieux Por Larranaga Cubains et de doux Alsbo cherry, se gardant toujours le privilège de faire discrètement glisser un délicieux cigare dans la poche de son veston brun.

Sur le chemin du retour il s'arrêtait au milieu du pont pour admirer quelques instants la façade blanche somptueuse du Gellért , remerciant Dieu de pouvoir travailler dans un lieu de tel prestige.
Une fois de retour, il enfilait à toute vitesse son uniforme noir et blanc, se parfumait d'eau de toilette peu chère, avant de se rendre au salon pour proposer les précieux rouleaux de tabac à la clientèle.
Le dîner était servis à vingt heures sans faute. Mais le service de Tobiàs s'étirait souvent au delà des vingt-deux heures.
Une fois tous les hôtes couchés, venait la préparation des tables pour le petit déjeuner du lendemain, rythmée par le tic-tac régulier du pendule en chêne massif. Puis il descendait sur la rive du Danube, et fumait le cigare « emprunté » tantôt, au doux son des vaguelettes s’écrasant sur le rivage, il repensait à Zsofi Csillag, partie il y a si longtemps étudier à Madrid. Et comme chaque soir, il se répétait cette unique et même phrase que son camarade de chambre s'était tâché de lui rappeler le jour de son arrivée à l'hôtel, : « Ils ne sont pas tes amis. Ces quarante centimètres entre le serveur et le client peuvent te paraître peu, mais ils n'appartiennent pas à la même sphère que toi et moi, c'est  un autre monde Tobiàs, ne l'oublie jamais »


Chapitre 2:
 


Chapitre IV
 Jon
C’était en réalité ce passe, permettant d’entrer dans toutes les pièces de l’hôtel, et surtout l’espoir de pouvoir le subtiliser discrètement qui avait motivé la patience de Tobiàs pendant cette heure passée à s’occuper d’Alma. Il avait guetté pendant tout ce temps le moment propice, et c’est aux environs de 5 heures qu’il se présenta. Alma s’habillait dans une cabine, demandant à intervalles réguliers à Tobiàs de lui tendre ses habits. Profitant de ce qu’elle ne le voyait pas, et continuant à lui parler il s’éloigna légèrement se rapprochant du sac de la jeune fille qu’il fouilla pour lui subtiliser la précieuse clef. Il raccompagna ensuite Alma à sa chambre. Elle avait revêtu une magnifique robe verte qui, les mettant en évidence, lui fit se rendre compte de la beauté de ses yeux, qu’il avait à peine remarqués. Sitôt qu’il eut terminé d’accompagner Alma, il se précipita vers la chambre close, avant qu’un autre client ne lui demande de lui apporter un rafraîchissement, le téléphone, ou encore de venir l’aider à effectuer telle ou telle tâche fastidieuse. Il se dirigea donc vers l’escalier, échappa de justesse au maître d’hôtel en entrant précipitamment dans une chambre inoccupée, et quelques minutes plus tard se retrouva devant la chambre close. Il introduisit la clé dans la serrure et tenta de la tourner, en vain, elle pivota dans le vide et la porte demeura close. A cet instant, l’une des portes, qui n’était autre que celle d’Ernö Csillag, s’ouvrit laissant apparaître le riche propriétaire. Voyant Tobiàs, Ernö lui ordonna de lui apporter deux cafés. C’est ainsi que Tobiàs repartit sans avoir rien découvert, exaspéré de devoir en plus apporter ses cafés à Ernö pendant sa pause. En traversant un couloir, il aperçut Jon son compagnon de chambre, serveur lui aussi, qui transportait deux tasses de café sur un plateau et une tisane sur un autre. La tentation étant trop forte, il lui emprunta ses deux plateaux lui lançant distraitement un « je te revaudrais ça » et remonta les quelques marches qu’il avait descendues. Il apporta donc son café à Ernö, puis redescendit, et sous prétexte de lui apporter la tisane replaça discrètement le passe dans le sac d’Alma.

Déçu il remonta dans sa chambre. Traînant le pas. Il n'avait de toute façon rien de mieux à faire. Un pied, puis un autre. Il contempla les marches une à une, et comme si souvent, remarqua que plus il approchait le quatrième étage, plus la peinture blanche se décapait. Les hôtes logeaient au premier et second étage et n'empruntaient l'escalier de service qu'en cas d’inattention ou de commissions qu'il fallait mieux garder secrètes. Les propriétaires connaissant ce fait, ne sacrifiaient que tous les deux ans une mince part de leurs revenus à son entretien.
Mais bien qu'usé, l'escalier était parfaitement propre à toute heure de la journée.
Quand Tobiás eut gravi les 200 marches et enfin atteint le quatrième étage qui se trouvait sous les toits il s'engouffra dans le mince couloir. Le parquet grinça sous son poids. Pff, les parquets étaient vraiment trop fins à cette étage, tout ça pour économiser moins d’argent que ce que les clients gaspillaient en nourriture en une seule journée. Et comme par hasard c’était encore à eux, les domestiques de faire attention à ce qu’aucun de leurs pas ne puissent déranger en quoi que ce soit la si précieuse quiétude des clients. Le confort de pouvoir marcher normalement et non comme de vulgaires voleurs leur était refusé… Ainsi que celui de pouvoir dormir tranquillement parce que bien entendu, les clients quand à eux ne se préoccupaient pas de savoir si leurs rires cacophoniques ou leurs conversations des plus animées pourraient déranger les habitants du dessus qui restaient tout de même des êtres humains à part entière ! … Ah quel rêve ce serait de ne plus rien entendre à travers ce plancher! A ce moment une idée lui sauta à l'esprit! Comment avait-il pu être si aveugle?! Il accéléra le pas. Un coup à droite, un coup à gauche, les corridors blancs défilaient à toute allure. Le plancher grinçait horriblement dans une sorte de hurlement lugubre. Mais qu'importe, il ne devait pas oublier son plan. Gauche, droite, il était enfin arrivé. Il entrouvrit la porte 86 et se jeta dans la pièce.
Jon qui lisait le roman de Jane Austen, Mansfield Park, qu'il avait reçu de sa grand-mère londonienne( Il la surnommait "Nan", prononcée "naine" ce qui faisait bien sourire notre héros) pivota calmement la tête vers la porte entrouverte et leva ses yeux bleus vers Tobiàs. Ce n'était pas la première fois que son jeune colocataire faisait une entrée des plus turbulentes, à chaque fois une nouvelle "bonne" idée en poche. Cette fois n'était pas une exception. Tobiás ne perdit pas de temps avec de banales explications. Il lui distribua les tâches qu'il devrait accomplir le soir même, sans fautes puis prit ses affaires posées soigneusement sur la petite commode en chêne qu'ils se partageaient à deux et qui était le seul meuble de rangement de la pièce. Une serviette, un savon et une bouteille de vinaigre à la main, il sortit de la chambre à grand pas, enthousiaste.

Il avait confiance en Jon. Une confiance aveugle, comme celle que l'on a dans un vieil ami qu'on connaît depuis la nuit des temps. D'où venait-elle ? Il n'en avait aucune idée. Il était arrivé dépourvu et affamé à la gare de l'Ouest de Budapest, après presque 3 jours à se dissimuler dans des train diverses passant de l'un à l'autre en pleine nuit ou une fois le train en marche. Il avait ainsi parcouru la moitié de l'Europe sans argent ni nourriture. Et puis dans un brouillard confus, il était descendu d'un train, à bout de force. N'ayant plus l’énergie de faire un pas de plus, il s'était effondré sur une petit banc en bois blanc et avait attendu, priant pour que sa fin vienne vite. Mais elle n'arrivait pas. Allait-elle arriver avec le prochain train? Madrid, Paris, Bucarest, Munich, les arrivées défilaient devant ses yeux dans un flou magistral. L'agonie était lente, la mort n'allait pas tarder....Il s'imaginait déjà ce nouveau monde de justice qu'il allait pénétrer dans l'au-delà, loin de sa vie présente.
Il voulait la fuir et le seul moyen de l'oublier était la mort, ces traces...

C'est à ce moment-là qu'une ombre s'arrêta devant lui. Il leva la tête tremblant, faible et dépourvu.  Pensant à un contrôleur, il commença à bafouer de vaines excuses. La silhouette se baissa, il aperçut alors une tête blonde, le regardant d’un air inquiet. Il crut entendre le jeune homme, vêtu d’une chemise à carreaux, lui demander s’il l’entendait, s’il était encore vivant. Il ne prit pas la peine de lui répondre, trop habitué à ces gens qui s’inquiètent de votre état, mais n’ont ensuite même pas la générosité, lorsqu’ils vous voient vivant, de vous donner quelque chose à manger. N’entendant aucune réponse, l’homme s’approcha du maigre baluchon que Tobiàs tenait dans ses mains. Mais à peine eût-il fait mine de le prendre, que Tobiàs se releva comme par réflexe et dans un dernier élan d’énergie lui enfonça un genou dans le ventre. Jon, car c’était lui, s’effondra à terre. Il reprit rapidement ses esprits, mais un seul regard à Tobias le dissuada de retenter une approche. Il avait seulement voulu regarder s’il pourrait trouver l’identité de ce jeune homme qui devait avoir son âge et qui semblait pourtant avoir vécu bien plus d’épreuve que lui n’en vivrait en une vie. Il avait simplement voulu l’aider, en lui payant un billet de train pour qu’il puisse rentrer chez lui, ou en l'aidant à trouver un endroit et un travail qui lui permettrait de subvenir à ses besoins. Voyant que l’inconnu s’était rassit tranquillement sans signes d’agressivité, montrant ainsi qu’il avait simplement voulu se défendre, il retenta  sa chance.
Comme on approche un animal sauvage, il fit attention à éviter tout geste brusque qui aurait pu alarmer l'étranger. Doucement, il se laissa glisser à côté de lui sur le banc. Peut-être était-ce la mince différence d'âge entre lui et son adversaire, ou l'affrontement prochain de sa nouvelle carrière au palace hongrois, mais Jon eut soudainement envie de partager sa route et sa fortune avec le jeune homme. Il posa ses mains à la manucure parfaite sur le bois peint de blanc. Tapotant nerveusement du doigt la matière laquée il réussit à prendre courage.
Le singulier personnage qui l'avait attaqué quelques minutes auparavant avait repris son allure de martyr. Ses côtes saillantes firent frissonner l'anglais, qui ne connaissant que la nouvelle bourgeoisie, n'avait jamais été confronté à une telle misère. Il toussota puis articula:
-Moan cher Moansieur, je voulaye vous poapoaser de m'accommpagner danns ma quête de forchtoune. Je vais an diréctioan du Gellért, auriez-vous l'anvie de me tenir compagnie?  
Tobiàs leva ses yeux remplis de douleur. Jusqu'à cet instant, le monde et la société ne lui avaient rien réservé de bon. Il s'était fait à l'idée de mourir. La fête nationale approchant, il avait souhaité épargner ses yeux de toute la joie illusoire qui se manifeste autour de cet événement. Tous semblent vivre dans un univers parallèle où tristesse et miséricorde n'est qu'abstraction. Lui serait piétiné, forcé à regarder la foule bien portante se gaver de mets plus délicieux les uns que les autres, dont le doux fumet le tiraillerait jusqu'aux entrailles. C'était un jour d'hiver glacial. Le gel et le neige meurtrissaient sa peau gercée. Son corps tremblait de plus en plus fort, à chaque coup de vent. La vie quittait peu à peu cette poupée de chiffon. Meurtri et affamé, il décida d'agir. Il se risqua à espérer. L’espoir, un sentiment qu’il avait renié bien longtemps auparavant, résigné à affronter avec fatalité la suite d’épreuves qu’il pensait être son unique destin.
Décidé à révoquer cette destinée, il leva son visage chétif vers Jon, et hocha la tête. Mais ce qui surprit Jon ne fut pas cette réponse affirmative, ce fut la dureté qui émanait de son regard, cette lueur bestiale, puissant témoignage des terribles épreuves qu’il avait surmontées. C’était un regard profond, un regard qui semblait émaner d’un homme déterminé ayant vécu milles vies. Le décalage entre ce regard intense et impénétrable et la fragilité du corps auquel il appartenait avait quelque chose de déstabilisant. Jon mis quelques secondes à reprendre possession de ses moyens et regarda alors avec appréhension Tobiàs qui se levait. Ne pouvant imaginer ce corps chancelant debout il resta près de lui, préparé à le rattraper à tout instant. Mais à sa grande surprise, Tobiàs ne montra aucun signe de faiblesse, et, plongeant dans ses dernières ressources, se mit debout devant lui. Il faisait beaucoup plus grand que Jon ne l’avait tout d’abord cru, et il le regardait d’un air interrogateur qui semblait lui demander où il comptait aller.
Jon commença alors à se diriger vers le célèbre hôtel de luxe, où il avait réussi à quérir une place. D'emblée lentement, craignant à chacun de ses mouvements que Tobiàs, qui refusait toute aide, ne s’effondre à terre. Puis il devint plus confiant, et finit par oublier le jeune homme faible et impuissant qu’il avait cru voir en lui, pour comprendre sa résistance incroyable, et son caractère insaisissable qui l’étonnait encore après plusieurs mois d’amitié.

Le vinaigre qui ruisselait de ses cheveux  démangeait les yeux de Tobiàs. Le chahut des chutes d'eau s'échappant des cabines  lui donnait le vertige. Mais son malaise ne venait pas de là. Une douleur vive, plus forte que tous les mal-êtres physiques, lui déchirait les boyaux. Un cri de rage remontait le long de sa gorge pour s'étouffer dans un grognement sinistre. Il ne devait pas se faire remarquer. Tous les autres serveurs en pleine toilette pourraient l'entendre gémir. Mais la discrétion appartenait aux fondements de son métier. Ponctualité et Discrétion, Ponctualité et Discrétion, ... Ces deux mots tournoyaient dans son esprit tels un essaim de diptères. Sans relâche. Une rage oppressante s'emparait peu à peu de tout son corps. Il était lâche! Un lâche, un minable! Tous ces mois, Jon avait vécu dans la pensée d'avoir aidé un homme bon, une jeune âme affamée et tiraillée par la société capitaliste...  Mais cette personne n'était pas Tobiàs. Il avait trop fait... son innocence était à tout jamais perdue dans les méandres fuligineux de sa vie. Si seulement il avait eu le courage...  Mathilde?...János?...me pardonnerez vous ...? Et toi Jon? dernière âme à avoir croisé mon chemin...auras-tu la force de... quand tu découvrira que....
Il sentit l'eau froide lui caresser doucement le front puis le dos pour venir s'abattre sur le  carrelage blanc de la cabine de douche, dans un râle mélancolique . Personne ne devait jamais découvrir! PERSONNE! Son passé devait y rester. IL était un nouvel homme à présent, un serveur au Gellért, dans l'une des plus belles villes du monde.


De retour dans sa chambre aux murs pâles, il ne trouva personne. Le livre de son compagnon était soigneusement posé sur leur table en vieux bois placée dans l'alcôve de la pièce. Un vide torpide pesait sur Tobias. Épuisé par les péripéties de la journée il s'accorda un court moment de repos. Prenant soin de mettre son uniforme de côté il s'allongea sur le matelas de paille et ferma mes yeux.
    [/color][/size][/spoiler]

Chapitre V
Le Plan
Le gong sonnant minuit retentissait dans le couloir vide du troisième étage. Une ombre se mouvait silencieusement, longeant les tapisseries somptueuses. Les cloches de la ville se turent. La silhouette s'immobilisa, aux aguets, tentant de percevoir l'arrivée d'un étranger parmi les sons si familiers de l'obscurité. Une main gantée se posa sur son épaule. Le glapissement étouffé de Jon rompit le silence qui retomba presque aussitôt sur les deux spectres nocturnes, jusqu'au vacarme déclenché par la chute incongrue de l'anglais ayant tenté de s'éclipser en toute discrétion. Avant qu'il ait put rouvrir les paupières une main ferme le condamna au mutisme. Battant lentement des cils, Jon ouvrit les yeux. Il discerna alors son assaillant. Enveloppé par les ténèbres, Tobiàs l'observait avec amusement, son visage à demi éclairé par la pleine lune, un léger sourire au coin des lèvres.  Le rythme cardiaque du britannique s'étant enfin ralenti, le jeune serveur lui tendit une main amicale  et l'aida à se relever.
-" Alors ? remis de ta frayeur?" ironisa Tobiás, sortant sournoisement une clef ouvragée, polie au travers des siècle. Chaque infime détail semblait avoir été minutieusement façonné. Le serveur l'introduisit délicatement dans la serrure. Le mystère entourant cette porte allait enfin être levé...
Jon susurra :
-"oh...Tobaïas....No....no, no, no, no nonononon, you didn't !"
-"Pourquoi penses-tu que je t'ai demandé d'occuper la gouvernante?"
Jon hésita entre le sourire et le reproche.
-"Je pensais que celà était pour te faworiser s'une nouvelle concouete. Tobiáïas à côse de toi j'ai dû subiwr la vielle. Oh poor me... Un jour je te le wrendrai et tu le vewras"
-"C'est ce que tu dis à chaque fois! Et pourtant..."
Jon mima une tape amicale.
-"On wrisque d'êtwre wrenvoyés à côse de tes idées de crazy man!"
-"Arrête, tu ressembles à ma grand-mère, et encore...elle, elle est plus courageuse! Il faut que tu vives "lazy man"!  
-" Justement je veux VIVWRRE!... Au fouette.... tu as s'une gwrand-mère toi maintenant....?"
-" ...Et du couuup, avec la gouvernante, comment ça s'est déroulé votre tête à tête romantique de ce soir? Tu t'es amusé si tu vois ce que je veux dire?"
-"wrark! No hell no! Cette grosse mégère m'a fait twrier tous les cououvewrts et ne m'a pas lâché du regard! Et tout ca pouwrquoi? Pouwr que tu voles cette fichue clef et que tu nous fasse tous les deux wrenvoyés! Non je ne te cwrowirai plus! Quand tu me disais que c'était pour pawrler d'une augmentation ! Pff mon oeil oui!
-"Ce serait bien la première fois que tu ne me ferais pas confiance... et pourtant combien de fois déjà tu m'a jurer de ne plus jamais m'écouter?" lâcha Tobiás esquissant un sourire moqueur. Puis il ajouta mystérieusement "Et tu ne veux plus savoir ce qu'il y a derrière cette porte?"
-"Yes, oui si tu insistes... bon allez! hurry up !ouvre cette damn porte!Je ne veux pas avoir souffert pour rien! damn it!"
-"Ah je te reconnais enfin! Bravo tu viens de découvrir le sens du mot audace !"
Après un bref échange de regards (qui voulaient tout dire) ils se tournèrent vers la porte sybilline. La  clef tourna dans la serrure. Un petit cliquetis  signala que le premier verrou avait cédé.  Tobiàs dût procéder avec lenteur afin de ne pas réveiller les propriétaires, qui comme tout homme de leur rang, avaient un sommeil des plus légers. L'objet tourna quatre fois. Puis rien. Silence complet. Le serveur sortit la fine barre métallique de la fente aux arabesques d'or pour la replacer dans le renflement de son veston.
Jon posa délicatement sa main gantée sur la poignée et l'abaissa. Accompagnée d'une légère pression, elle  offrit ses entrailles aux deux serveurs.

    Aussitôt la porte ouverte, Tobiás s'empressa de rejoindre la commode dans l'alcôve gauche de la pièce.  A tâtons, il dirigea sa main vers le tiroir supérieur du meuble et l'ouvrit. Enfin il reconnut la forme allongée et lisse des bougies fournies aux hôtes, en cas dés peu depuis l'installation du courant e coupe de courant, ou d'excès de romantisme, au choix. Elles ne servaient cependant que très peu depuis la mise en place du courant électrique.
Tobiàs referma délicatement le compartiment en chêne et se mit à la recherche du chandelier en cuivre. Quand il l'eut sentis sous ses doigts il agrippa la poignée et, bougie à la main, tenta de l'imbriquer dans le renflement quand il découvrit un reste de cire encore chaude rendant son dernier soupir. Les pensées fusaient dans le cerveau du jeune serveur. Quelqu'un avait dû abandonné la pièce hâtivement, pris par surprise à l'arrivée des deux employés de l'hôtel. Mais qui? Le jeune homme secoua la tête comme pour chasser son angoisse. Il fallait tout d'abord découvrir ce que recelait cette chambre condamnée. Le cœur fougueux et la paresse dans l'âme Tobiàs alluma la chandelle dans sa main et s'empressa d'en allumer une seconde qu'il tendit à Jon. Le halo de lumière qui baignait son visage donnait une apparence angélique au jeune blond, qui ,plongé dans la découverte de la pièce ne remarqua pas le regard tendre que posait Tobiás sur lui. Il ne s'éternisa cependant pas et se mit À la recherche d'une porte ou trappe connexe qui aurait permis à l’intriguant de fuir. La chambre avait perdu toute son importance, face à ce nouveau mystère.
Cependant Jon n'était pas du même avis. Inconscient de la présence d'un troisième individu dans l'appartement ce dernier avait soigneusement tenté d'éclairer son mystère.
Les grandes armoires qu'il avait découvertes à la droite de la porte se démarquaient du mobilier des invités. Le bois sculpté semblait prendre la forme des lettres Zs. et Cs. Le britannique approcha sa main de la garde robe et reconnu la surface lisse et marbrée de l'acajou d'Afrique. Ce bois exotique ne pouvait appartenir qu'à l'un des propriétaires, étant bien trop cher pour un mobilier de location. En approchant sa chandelle, Jon découvrit une fine poignée en argent. Ayant franchi son palier du décent en entrant dans la pièce le jeune homme n'hésita point à s'intéresser au contenu du tiroir. Il y trouva quelques photographies en rapprochant la chandelle. Il s'agissait de portraits divers. Un visage cependant attira son attention. Il lui était familier, mais il n'arrivait pas à identifier. Il se retourna, et dans la pénombre  tenta de discerner son compagnon. Il marcha vers lui et lui tendit leportrait. Tobiás rougit, mais le manteau de la nuit dissimulait sa gêne . Il s'agissait de Zsofi Csillag. La découverte de cette chambre, l'aurait-elle rapproché involontairement de la mystérieuse dame?

Tous deux se redirigèrent vers le tiroir. Jon avait hâte de découvrir les lettres qui semblaient avoir été dissimulées volontairement entre les photographies. Les mystères étaient les seules choses qu'il lui restait pour égayer ses journées monotones de serveur.
De retour à l'endroit précis oú Jon avait trouvé les lettres secrètes, ils ne trouvèrent plus que le bois nu du compartiment. Tobiás grinça des dents, tourmenté . L'inconnu n'avait donc pas quitté la pièce. Les mystères s'enchaînaient sans qu'il ne puisse parvenir À une seule solution. Jon semblait lui aussi troublé. Beaucoup moins impulsif, il se contentait de baisser les yeux, pensant, silencieux. L'émotion le rendait beau. A son charme physique, s'ajoutait une sensibilité attachante. Il paraissait humain ou même divin, quand il ne portait pas son masque neutre d'employé. Jon leva les yeux et chercha Tobiás. Il aurait voulu lui conseiller de revenir la nuit prochaine. Il était lui même prisonnier à présent du mystère de la chambre, captivé par cette histoire d'enquête, qui ressemblait tellement à celle de son livre. Mail il savait être patient. Il avait de suite compris, qu'il n'avait commis aucune erreur sur l'emplacement des documents, et que sans doute une troisième personne tapie dans l'ombre  partageait la chambre avec eux. Et pour peu que l'intrigant soit armé, Tobiás mettait sa vie en danger. Bien visible dans le halo que projetait sa bougie, il ne suffirait que d 'un coup bien placé pour que  le jeune serveur reste à jamais entre ces quatre murs.  
Il vociféra au jeune hongrois de revenir immédiatement, amis ce dernier faisait la sourde oreille. Jon souffla alors sur la la flamme de sa chandelle. Seul Tobiás restait éclairé au milieu de la pièce, les ténèbres avaient englouti l'appartement, personne ne parlait. Un silence royal régnait.
Á présent ils étaient deux à jouer le même jeux...


*

[/color]
[/size]

(et après tant d'attente... la suite! : )


Chapitre 6
L'Inconnu

Il y eu un léger bruit de tissu froissé, puis un craquement fit sursauter Jon et une main apparu à la lumière diffuse d’une allumette, dans un coin de la pièce. La main alluma une bougie qui fit apparaître un visage au profil aquilin, donc le regard glacial était fixé sur Tobiàs. « Que faîtes-vous ici ? » lança-t-il froidement, avec une voix qui laissait transparaître une immense violence retenue. Jon bégaya une excuse en reculant vers la porte, mais Tobiàs refusa de se laisser intimider par une attitude aussi impérieuse de la part d’un homme qu’il n’avait jamais croisé auparavant dans l’hôtel, et réagissait comme un intrus. En effet, en cachant à leur entrée, il avait laissé transparaître qu’il n’avait probablement pas la conscience tranquille, contrairement à ce que laissait supposer son attitude soudain hautaine. Il s’avança vers l’homme, alluma avec flegme un grand chandelier placé sur le bureau, le dévisagea quelques instant puis lui demanda d’une voix ferme, mais calme : « qu’avez-vous de si terrible à vous reprocher pour vous cacher ainsi à l’entrée de deux simples serveurs ? ». L’homme, que cette attitude impassible avait déstabilisé, chancela, et dû s’asseoir dans le fauteuil non loin du bureau. On vit alors passer une grande lassitude sur son visage, qui laissa tout à coup transparaître une immense fatigue paraissant autant physique que morale. Jon, attendri, s'approcha et posa une main se voulant réconfortante sur son épaule. Tobiàs observa alors à la lumière du chandelier le corps décharné de l’homme, auquel il n’avait tout d’abord pas prêté attention. Il semblait si faible que Tobiàs eu soudainement peur qu'il ne se brise comme du cristal à la moindre secousse. Son dos voûté, et son corps étique, faisaient écho à ses lourdes cernes, et son regard éreinté. L'homme demanda alors d'une voix faible et résignée : « Je ne fais rien de mal, bien au contraire » puis il ajouta dans un murmure « enfin ce n'est malheureusement pas l'avis de tous.. ». Puis son regard s'alluma, et il lança, semblant s’éveiller de sa torpeur par un regain d'énergie : « Sortez de cette pièce je vous en conjure ! Oubliez son existence et n'en parlez à personne, et je vous jurerais que rien de ce que j'ai fait et ne ferait jamais ne va à l'encontre de la justice et de la bonté ». Tobiàs songeur, aux prises avec une réflexion intense mis quelque instants avant de s'exprimer d'une voix qui semblait désormais pleine de compassion. « Je vous propose un marché : jamais nous ne parlons de cette pièce ou de vous à quiconque, et nous vous apportons de la nourriture dont vous semblez manquer cruellement, tout cela, en échange d'explications sur votre situation ». L'homme soupira, se prit la tête dans les mains, puis relevant la tête il demanda : « pourquoi devrais-je vous faire confiance ? » mais pensif, il se rendit rapidement à l'évidence, et ajouta avant que les serveurs n'aient pu réagir : « Non je n'ai pas le choix, je dois me résigné à mettre mon sort à la merci de votre discrétion ».
« Je vous préviens si vous comptez entendre toute l'histoire, cela risque de nous prendre un peu plus que quelques minutes ». Jon acquiesça puis proposa de commencer après un passage aux cuisines, au court duquel les deux serveurs seraient chargés de rapporter des restes du services du soir, qui étaient toujours destinés aux employés. Quelques escaliers montés à pas de loup plus tard, et devant une montagne d'assiettes de mets divers, l'homme commença son récit :
[/spoiler]

_________________




Smile a lot smile smile smile smile smile smile smile mia shame what? what? what?


Dernière édition par lou le Mer 31 Oct - 18:35, édité 38 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beststoryforever.forumactif.org
miss-E

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 25/05/2015

MessageSujet: Re: Le Gellért   Mer 10 Juin - 22:04

Youhou notre coécriture!! youpi

_________________
Durant un moment, il ne se produisit rien.
Puis, au bout d'une seconde à peu près, il continua de ne rien se produire.

" Je dois dire que cette jeune fille se révèle l'une des moins inintelligentes des créatures organiques qu'il m'ait été malheureusement donné d'avoir le profond manque de plaisir de ne pouvoir éviter de rencontrer. "
Il fallut à Zaphod un petit moment pour se dégager de ce dédale de négations et en émerger à l'autre bout avec surprise.

H2G2, Douglas Adams
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domi31

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 28/05/2015

MessageSujet: Re: Le Gellért   Lun 15 Juin - 14:40

Il y a une suite?? so cute
Si oui est-ce qu'il ira ouvrir la porte?

Sinon cheerleading
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lou
Admin
avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Le Gellért   Mar 16 Juin - 10:50

Ahaha domi mystère mystÈre

_________________




Smile a lot smile smile smile smile smile smile smile mia shame what? what? what?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beststoryforever.forumactif.org
domi31

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 28/05/2015

MessageSujet: Re: Le Gellért   Mar 16 Juin - 15:22

La suite, la suite, la suite!!!  dude  dude  dude  dude  dude  dude  dude
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lou
Admin
avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Le Gellért   Mer 17 Juin - 13:48

au moins une fan Smile

_________________




Smile a lot smile smile smile smile smile smile smile mia shame what? what? what?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beststoryforever.forumactif.org
lou
Admin
avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Le Gellért   Mer 17 Juin - 14:12

tu penses qu'il y a quoi derrière?

_________________




Smile a lot smile smile smile smile smile smile smile mia shame what? what? what?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beststoryforever.forumactif.org
miss-E

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 25/05/2015

MessageSujet: Re: Le Gellért   Mer 17 Juin - 18:26

J'ai posté la suite Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domi31

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 28/05/2015

MessageSujet: Re: Le Gellért   Jeu 18 Juin - 15:32

pour répondre à lou (parce que j'y ai beaucoup réfléchi) (et j'ai pas encore lu la suite, mais merci de l'avoir miaw ) donc soit - c'est juste une pièce avec deux trois meubles mais il n'y a pas de fenêtres donc c'est tout noir à l'intérieur, soit y a quelqu'un est mort/assassiné/suicidé dedans (bon là y aurait eut des fenêtres bon qu'il puisse voir)
- il y a des lettres envoyés au directeur, et Tobias les lit (logique) et il découvre que l'hôtel croule sous des dettes et qu'il va bientôt être vendu/détruit
- soit ben c'est une pièce normale de l'hôtel

Bon la dernière idée elle est un peu, bref maintenant je vais aller lire la suite youpi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domi31

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 28/05/2015

MessageSujet: Re: Le Gellért   Jeu 18 Juin - 15:43

Bon ce n'était pas du tout une de mes idées, mais elle chouette la suite et elle fait beaucoup plus réaliste que les miennes
Donc la suite la suite (encore) allezallezallez allezallezallez allezallezallez allezallezallez

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lou
Admin
avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Le Gellért   Jeu 18 Juin - 17:38

xD c est bien pour ca que.la tienne n est pas dans cette categorie xD le sujet de feyt ct ecrireble debut d une nouvelle realiste apres faut pas s etonner que c realiste hahaha
Le debut est de moi.( enfin khum bon pour plus. d infos regarde la serie Grand Hotel)
la suite est de miss e
on est en coecriture Smile
tu penses qu il y a quoi derriere la porte. sans penser a.la silhouete qui.pourrait juste etre un intrus

_________________




Smile a lot smile smile smile smile smile smile smile mia shame what? what? what?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beststoryforever.forumactif.org
lou
Admin
avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Le Gellért   Jeu 18 Juin - 17:42

ton histoire de dette sgardees dans une chambre est cheloue xD

_________________




Smile a lot smile smile smile smile smile smile smile mia shame what? what? what?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beststoryforever.forumactif.org
miss-E

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 25/05/2015

MessageSujet: Re: Le Gellért   Jeu 18 Juin - 21:59

J'ai posté la suite Very Happy
Et nan tu saura toujours pas ce qu'il y a derrière la porte!  Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lou
Admin
avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Le Gellért   Jeu 18 Juin - 22:43

Seule nous savons Avec miis-e muhahahha

_________________




Smile a lot smile smile smile smile smile smile smile mia shame what? what? what?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beststoryforever.forumactif.org
lou
Admin
avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Le Gellért   Jeu 18 Juin - 22:43

o<o< inauguration

_________________




Smile a lot smile smile smile smile smile smile smile mia shame what? what? what?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beststoryforever.forumactif.org
domi31

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 28/05/2015

MessageSujet: Re: Le Gellért   Ven 19 Juin - 15:16

D'accord elle est un peu chelou mon histoire de dettes mais bon...
Alors soit c'est la chambre de la fille soit celle du fils du propriétaire (je pense plus à la fille)
C'est quand qu'il ouvre cette fichue porte!!!!! freeme freeme

Mais ze veux savoir, alors la suite la suite la suite (c'est ce que j'aurais le plus dit:) ) dude dude
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lou
Admin
avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Le Gellért   Sam 20 Juin - 21:03

Very Happy la basectjuste la chambre dela meuf maybonnnnnn hum pesonne n a compris du coup avec miss E on a fait quelques modifs Very Happy devilish king biere biere biere cheerleading slam

_________________




Smile a lot smile smile smile smile smile smile smile mia shame what? what? what?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beststoryforever.forumactif.org
domi31

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 28/05/2015

MessageSujet: Re: Le Gellért   Dim 21 Juin - 12:06

donc au début c'était juste une pièce normale jamais fermée?

Au moins ça met plus de suspense Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lou
Admin
avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Le Gellért   Lun 22 Juin - 22:44

meuh nan vu que personne na cmpris hehe les plans ont changés sinon je t aurais jamais fait ce spoiler Very Happy

_________________




Smile a lot smile smile smile smile smile smile smile mia shame what? what? what?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beststoryforever.forumactif.org
lou
Admin
avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Le Gellért   Jeu 25 Juin - 14:20

la suite est en ligne

_________________




Smile a lot smile smile smile smile smile smile smile mia shame what? what? what?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beststoryforever.forumactif.org
Forêt Enchantée

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 19/03/2015
Localisation : canap'

MessageSujet: Re: Le Gellért   Jeu 25 Juin - 15:02

Cool  comme écriture ! Franchement chapeau. j 'aime les concept, que tout ne se déroule pas en enchaînement , qu'il y ait aussi d'autres actions entre qui permettent de rendre le roman (?) plus réaliste . Enfin c'est un avis très personnel ce qui me laît peut être barbant à la longue pour d'autres study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Espoir de Liberté

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 19/03/2015

MessageSujet: Re: Le Gellért   Dim 12 Juil - 20:12

Super bien Smile Continue like this please Very Happy

_________________
Make him Pay For It
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lou
Admin
avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Le Gellért   Dim 6 Sep - 19:40

on n'attend plus que Elisa

_________________




Smile a lot smile smile smile smile smile smile smile mia shame what? what? what?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beststoryforever.forumactif.org
domi31

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 28/05/2015

MessageSujet: Re: Le Gellért   Lun 7 Sep - 18:47

Super bien la suite  Very Happy  ! j'aime bien l'atmosphère qu'il y a 10
Juste il arrivera à entrer dans la chambre un jour?
Sinon bah, la suite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lou
Admin
avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 03/06/2013

MessageSujet: Re: Le Gellért   Lun 7 Sep - 21:45

Ca fait parti du suspense en meme temps Very Happy actions a part

_________________




Smile a lot smile smile smile smile smile smile smile mia shame what? what? what?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beststoryforever.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Gellért   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Gellért
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Gellé Frères

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
beststoryforever :: Livres :: Roman Policiers-
Sauter vers: